Elevé par des homos ? Et si le problème c’était les autres ?


La question des enfants élevés dans un couple homosexuel est on ne peut plus explosive, et la récente loi votée autorisant le mariage des personnes du même sexe a remis le sujet sur le devant de la scène. Cependant, mis à part quelques sophismes et inquiétudes plus ou moins sincères, on a rarement parlé des études scientifiques. Que dit la science sur le sujet ?

Date de publication : 01/01/15


Une chercheuse a répertorié dans les émissions télévisées américaines quels étaient les arguments ou les inquiétudes concernant les enfants élevés au sein d’une famille homoparentale. Outre les jugements de valeurs ou les interprétations religieuses sur les couples homosexuels, les questions de l’intérêt supérieur de l’enfant sont posées, notamment sur son identité sexuelle en devenir ou sur les maltraitances qu’il pourrait subir1. Si les voix du Seigneur sont impénétrables, les études scientifiques le sont un peu moins. A dater de 2013, environ 800 publications issues de la littérature scientifique et traitant de la question sont décomptées2,3.

De quoi parle-t-on ?

L’homoparentalité n’a pas de définition stricte, elle englobe à la fois les enfants issus d’une union hétérosexuelle dont un des parent se définit homosexuel(le), les enfants issus d’insémination artificielles de mère(s) lesbiennes ou de gestation pour autrui (respectivement par PMA et GPA), les enfants adoptés par des couples homosexuels, ou encore la situation la plus courante, celle d’enfants issus d’unions hétérosexuelles mais dont un des parent a re-formé un couple homosexuel. On estime que l’ensemble de ces situations concerne 200 000 à 300 000 enfants rien qu’en France, le double en Allemagne et 3 à 14 millions aux Etats-Unis3.

Comment étudier ces situations complexes ?

Il est donc évident, à la vue de ces situations extrêmement différentes, que la définition même de l’homoparentalité peut poser problème. La situation d’un enfant adopté par un couple homosexuel est-elle comparable à celle d’un enfant vivant avec un seul parent homosexuel ? L’étude de familles n’est pas « aussi simple » qu’une étude en laboratoire: des questions sur les groupes testés et les groupes témoins se posent. Par exemple : compare-t-on des groupes au statut social réellement identique ? De manière générale, les biais peuvent être dus à :

  • la classe sociale des familles choisies
  • la situation familiale (les parents sont-ils divorcés, le couple est-il stable, etc.)
  • l’âge de l’enfant étudié (enfant, adolescent, jeune adulte)
  • la variable étudiée (réussite scolaire, intégration, etc.)

La méthode de recrutement des familles étudiées peut également être une source de biais. Par exemple, le recrutement des familles homoparentales par le relais d’associations peut favoriser l’étude de familles militantes. Mais tout dépend de la variable étudiée : si les auteurs de l’étude questionnent les enfants, ou étudient les notes scolaires par exemple, le militantisme des parents n’est pas source de biais. La question du contexte familial est donc complexe.
Bien entendu, les chercheurs connaissent ces subtilités et tentent de minimiser au mieux les biais inhérents à leurs études. Une étude n’est jamais parfaite, et une imperfection ne permet que rarement de rejeter en bloc l’ensemble de leurs conclusions. Ainsi, comme dans de nombreux secteurs de recherche, on peut retrouver des résultats opposés, mais il est important de savoir pourquoi les résultats peuvent différer dans leurs conclusions.
Après ces précautions, essayons toutefois d’y voir un peu plus clair.

Quelles études ont été effectuées ?

La majorité des études ont été conduites aux États-Unis et dans les pays nordiques, majoritairement sur des couples de lesbiennes. Ceci s’explique tout simplement par l’évolution sociétale dans ces pays, et la facilité toute relative des couples de lesbiennes à y fonder une famille. Les études comparent différents paramètres chez les enfants vivant dans ces couples : les aspects psychologiques et comportementaux, la sociabilité, la stigmatisation par leurs camarades, l’intelligence, la perception de soi, l’identité sexuelle, etc. Et de nombreux travaux de regroupement de ces études ont été effectués3-8 (que l’on appelle revues). De manière générale, les différences trouvées sont minimes et à la marge9.

Orientation sexuelle des enfants

D’après une revue datant de 20053, la majorité des études démontre que les enfants élevés dans des couples homos ne choisissent pas préférentiellement une orientation homosexuelle. Même si les pré-adolescents élevés au sein de familles homoparentales semblent montrer plus d’incertitudes sur le type de leur futures relations10, une fois devenus adultes, les enfants de couple homosexuels ne semblent pas choisir préférentiellement une orientation homosexuelle3,6. Les petites filles de mères lesbiennes ou les petits garçons de couples gays ont des activités moins stéréotypées comparativement aux enfants élevés par des couples hétérosexuels11.

Intégration des enfants

La majorité des études ne montre pas de problème de délinquance (violence, utilisation de drogue) chez les enfants élevés par des couples homosexuels. En réalité, c’est la qualité des relations entre parents et adolescents qui est déterminante, plutôt que le type de famille12. Dans certaines études où les enfants, les parents et les enseignants ont été mis à contribution, les « performances » scolaires ainsi que l’intégration des enfants dans leurs écoles ont été perçues comme similaires quelle que soit l’orientation sexuelle des parents13,14. Là encore, la relation au sein du couple et le stress parental ont plus d’importance que l’orientation sexuelle des parents pour influencer la réussite scolaire ou l’intégration de l’enfant15,16. Les enfants, aussi bien sur leur comportement, leurs relations amicales, leur apparence physique, leur estime d’eux-mêmes et leurs résultats scolaires, ne montrent pas de différences avec leurs camarades. Néanmoins, les enseignants indiquent que les enfants issus de familles lesbiennes rencontrent plus de problèmes d’attention que les enfants issus de familles hétérosexuelles14. Par ailleurs, l’estime de soi des adolescent(e)s est plus élevée quand leur mère est en couple, que la mère soit hétérosexuelle ou homosexuelle17.

Conflits et maltraitance

Dans des études portant sur les couples de lesbiennes, la fréquence des disputes, leur sévérité et les sévices infligés aux enfants ne sont pas supérieurs à ceux des couples hétérosexuels. Les mères lesbiennes donnent significativement moins de fessées13. Les questions concernant les agressions sexuelles ont aussi été étudiées. Non seulement les violences sexuelles sur des enfants ne sont pas dues préférentiellement aux actes d’homosexuels18, mais aucune violence particulière n’a été détectée au sein de ces familles19.

Controverses

En 2012 une étude qui allait très largement à contre-courant a été publiée : celle de Regnerus20. Ce n’est pas la seule, mais celle-ci a défrayé la chronique. Les 250 enfants devenus adultes et dont un parent pouvait avoir eu une relation homosexuelle pendant l’enfance ont été étudié. Ces individus présenteraient près de 25 différences flagrantes sur 40 variables recherchées. Quand ils étaient enfants, 69% de ces familles auraient reçu des aides publiques, contre 17% pour les familles traditionnelles. Les enfants devenus adultes seraient à 28% au chômage contre 8% pour le reste de la population. Cette étude a été largement reprise par les associations anti-mariage gay par exemple, laissant à penser que toutes les autres études devenaient caduques, voire qu’elles n’avaient pas existé. La réalité est que cette étude a été financée et conduite par des personnes ouvertement homophobes. Elle ne traite pas le devenir d’enfant élevé dans une famille homoparentale, mais dont un des parents aurait eu une relation homosexuelle. L’étude a été menée avec une méthodologie encore plus bancale que la majorité des études précédentes et comporte de nombreuses erreurs. Elle se base sur des questionnaire et ne traite pas de l’homoparentalité, mais de personnes qui déclarent avoir eux un parent qui aurait eu une relation homosexuelle. Le nombre de sujets concerné est en réalité assez faible (236), dont 53 qui ont vécu moins d’une année dans une famille homoparentale. Près de la moitié n’a pas vécu dans une famille stable avec deux parents. L’étude se base uniquement sur des questionnaires qui ont été mal remplis et les données brutes ne sont pas travaillées (des réponses incohérentes ne sont pas écartées ou discutées). Les différences trouvées sont plutôt celles dues à une enfance malheureuse telle qu’on peut en connaître dans les familles hétéro parentales21-24.

Conclusion

Malgré toutes les incertitudes pouvant être associées à ces études, les différentes variables recherchées, les différents modes de recrutement et d’étude (questionnaire, entretien, participation directe des enfants, des parents ou d’enseignants), la majorité des études menées vont dans le même sens. Celui du « no difference », ou en tous cas celui de différences minimes sur l’impact d’un enfant élevé par des parents de même sexe. L’académie américaine des pédiatres conclut que dans l’intérêt de l’enfant, la possibilité de mariage peut aider à réduire la stigmatisation sociale dont les parents gays et leurs enfants sont victimes et apporter toute la sécurité dont l’enfant a besoin pour s’épanouir25.



Phosphoré par : Gontier Adrien, Adam Véronique, Jaeger Catherine

Mots clefs : homoparentalité, éducation, enfant, homosexualité

Aimez-Aidez Curieux² Savoir :

Curieux² Savoir est membre du café des sciences :

Références ▼

[1] Clarke, V. What about the children? arguments against lesbian and gay parenting. Women’s Studies International Forum 24, 555-570 (2001). http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0277539501001935

[2] Bui, D. Homoparentalité et bien-être des enfants : ce que disent les études, sur nouvelobs.com (2012) http://www.tempsreel.nouvelobs.com/mariage-gay-lesbienne/20130111.OBS5151/homoparentalite-et-bien-etre-des-enfants-ce-que-disent-les-etudes.html

[3] Vecho, O. & Schneider, B. Homoparentalité et développement de l’enfant: bilan de trente ans de publications. La psychiatrie de l’enfant 48, 271-328 (2005).

[4] Stacey, J. & Biblarz, T. J. (How) does the sexual orientation of parents matter? American Sociological Review, 159-183 (2001).

[5] Allen, M. & Burrell, N. Comparing the Impact of Homosexual and Heterosexual Parents on Children. Journal of Homosexuality 32, 19-35 (1997). http://dx.doi.org/10.1300/J082v32n02_02

[6] Anderssen, N., Amlie, C. & Ytterøy, E. A. Outcomes for children with lesbian or gay parents. A review of studies from 1978 to 2000. Scandinavian Journal of Psychology 43, 335-351 (2002). http://dx.doi.org/10.1111/1467-9450.00302

[7] Patterson, C. J. Family Relationships of Lesbians and Gay Men. Journal of Marriage and Family 62, 1052-1069 (2000). http://dx.doi.org/10.1111/j.1741-3737.2000.01052.x

[8] Lambert, S. Gay and lesbian families: What we know and where to go from here. The Family Journal 13, 43-51 (2005).

[9] Green, R., Mandel, J. B., Hotvedt, M. E., Gray, J. & Smith, L. Lesbian mothers and their children: A comparison with solo parent heterosexual mothers and their children. Archives of sexual behavior 15, 167-184 (1986).

[10] Bos, H. & Sandfort, T. G. Children’s gender identity in lesbian and heterosexual two-parent families. Sex Roles 62, 114-126 (2010).

[11] Goldberg, A. E., Kashy, D. A. & Smith, J. Z. Gender-typed play behavior in early childhood: Adopted children with lesbian, gay, and heterosexual parents. Sex Roles 67, 503-515 (2012).

[12] Wainright, J. L. & Patterson, C. J. Delinquency, victimization, and substance use among adolescents with female same-sex parents. Journal of Family Psychology 20, 526 (2006).

[13] Golombok, S. et al. Children with lesbian parents: a community study. Developmental psychology 39, 20 (2003).

[14] Vanfraussen, K., Ponjaert-Kristoffersen, I. & Brewaeys, A. What does it mean for youngsters to grow up in a lesbian family created by means of donor insemination? Journal of Reproductive and Infant Psychology 20, 237-252 (2002).

[15] Golombok, S. et al. Adoptive Gay Father Families: Parent–Child Relationships and Children’s Psychological Adjustment. Child development 85, 456-468 (2014).

[16] Farr, R. H., Forssell, S. L. & Patterson, C. J. Parenting and Child Development in Adoptive Families: Does Parental Sexual Orientation Matter? Applied Developmental Science 14, 164-178 (2010). http://dx.doi.org/10.1080/10888691.2010.500958

[17] Huggins, S. L. A Comparative Study of Self-Esteem of Adolescent Children of Divorced Lesbian Mothers and Divorced Heterosexual Mothers. Journal of Homosexuality 18, 123-135 (1989). http://dx.doi.org/10.1300/J082v18n01_06

[18] Jenny, C., Roesler, T. A. & Poyer, K. L. Are children at risk for sexual abuse by homosexuals? Pediatrics 94, 41-44 (1994).

[19] Patterson, C. J. Lesbian mothers, gay fathers, and their children. Lesbian, gay, and bisexual identities over the lifespan: Psychological perspectives, 262-290 (1995).

[20] Regnerus, M. How different are the adult children of parents who have same-sex relationships? Findings from the New Family Structures Study. Social Science Research 41, 752-770 (2012).

[21] Eggebeen, D. J. What can we learn from studies of children raised by gay or lesbian parents? Social Science Research 41, 775-778 (2012).

[22] Amato, P. R. The well-being of children with gay and lesbian parents. Social Science Research 41, 771-774 (2012).

[23] Barrett, D. Presentation, politics, and editing: the Marks/Regnerus articles. Social Science Research 41, 1354-1356 (2012).

[24] Cheng, S., & Powell, B. (2015). Measurement, methods, and divergent patterns: reassessing the effects of same-sex parents. Social science research, 52, 615-626. https://www.washingtonpost.com/news/volokh-conspiracy/wp/2015/05/10/new-criticism-of-regnerus-study-on-parenting-study/

[25] Perrin, E. C. et al. Promoting the well-being of children whose parents are gay or lesbian. Pediatrics 131, e1374-e1383 (2013).



© 2017 Curieux² savoir. All Rights Reserved.
En tant que prestataire tiers, Google utilise des cookies DART pour diffuser des annonces sur le site. Vous pouvez désactiver l'utilisation du cookie en vous rendant sur lapage des règles de confidentialité.